ANARE – « Écoles marseillaises, comme un pied de nez à la doctrine de la mobilisation du droit commun ! »

Face à l’émoi légitime qu’a provoqué l’état « dégradé » d’un nombre conséquent d’écoles marseillaises , la mobilisation de l’État en la personne de Mme Najat Vallaud- Belkacem a permis notamment le déblocage en urgence de 4 Millions d’euros sur les crédits du ministère de la Ville (Dotation Politique de la ville). Sur ces 4 millions d’euros de DPV, 3 millions serviront à cofinancer, à hauteur de 80%, les travaux de réhabilitation ou de construction de plusieurs groupes scolaires. Il est a noté que sur 444 écoles publiques que compte la ville, 114 écoles ont été identifiées comme « nécessitant des travaux de degrés d’importance différents », dont 74 sont situées en QPV et classées REP +, 54 étant classés sous la dénomination « Type Pailleron » de triste mémoire.

fleche bleu NEW« Écoles marseillaises, comme un pied de nez à la doctrine de la mobilisation du droit commun ! » sur le site de l’ANARE

Commentaires

  • Aucun commentaire.

Poster votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.