Communiqué de l’IRDSU – L’Agence Nationale de Cohésion des Territoires assurera – t – elle vraiment son rôle de Cohésion… de Tous les territoires ?

S'abonner

L’annonce de la composition du Conseil d’Administration de l’Agence Nationale de Cohésion des Territoires a surpris les professionnels du Développement Social Urbain.

Tenants d’une approche intégrée des projets de territoires, les professionnels du DSU ont salué les nouvelles marges d’action donnée à la politique de la ville par l’Intercommunalisation du pilotage des contrats de ville, la mobilisation nationale pour les quartiers ou encore par le pacte de Dijon ; ils accompagnent au quotidien ces évolutions.

En effet, les professionnels de la Politique de la ville insufflent dans les collectivités les logiques de projet, de contractualisation, de territorialisation et développent dans les quartiers les capacités collectives à coopérer ; pour cela, ils ajustent continuellement leurs pratiques et restent mobilisés au plus près des habitants ainsi qu’ils l’ont réaffirmé lors de leur rencontre avec François-Antoine Mariani en novembre.

Ils s’interrogent aujourd’hui sur l’attention qui sera portée par l’Agence Nationale de Cohésion des Territoires à l’accompagnement des territoires urbains les plus fragiles ainsi qu’à la transversalité nécessaire au pilotage des dispositifs d’Etat spécifiques comme de droit commun.

D’une part, parce que la composition du Conseil d’Administration de l’ANCT donne, pour le collège des représentants des associations d’élus, une immense majorité aux élus issus et représentants de territoires qui ne connaissent ni ne vivent les spécificités des quartiers populaires urbains.

D’autre part, parce que les membres du collège des représentants de l’Etat paraissent également peu nombreux à pouvoir relayer la complexité des situations des territoires urbains les plus fragiles comme l’interdépendance des leviers d’action.       

Enfin, la lecture du premier document de présentation de l’ANCT tant par ses codes visuels que par ses contenus n’est pas plus rassurante quant au signal envoyé aux quartiers.  

Alors que les professionnels du développement social urbain sont soucieux d’un équilibre et de coopérations entre tous les territoires, l’acuité, l’addition et la concentration des difficultés des habitants des quartiers prioritaires de la politique de la ville leur paraît toujours mériter une attention toute particulière.

C’est cette dernière qu’ils craignent de voir se diluer.

Contacts presse :

Khalid Ida Ali, Président de l’IR-DSU : 06 04 59 10 30

Karine Dupuy, Déléguée Générale : 06 19 57 18 10

Commentaires

  • Aucun commentaire.

Poster votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.