« Pouvoir d’agir et empowerment », un état des lieux réalisé par des étudiants de Caen avec le réseau DSL Bas-Normand

« Ce travail de recherche s’inscrit dans le cadre d’un partenariat entre des étudiantes en Master 2 ART-ESO (Aménagement et recompositions territoriales – Espaces et sociétés) de l’UFR de Géographie de l’université de Caen Basse-Normandie et le Réseau des professionnels du développement social local de Basse-Normandie.
L’objet de la commande est d’étudier le pouvoir d’agir des individus et leurs moyens de mobilisation. Cette demande a évolué dans le temps afin d’être précisée et de se concentrer sur la notion d’empowerment. (…) »

Projet tuteuré
Pouvoir d’agir et empowerment
Enjeux et modalités de la mobilisation des sans-voix 

Laetitia Baudin
Zoé Bourdier
Laura Quérel

 

Tuteurs :
Jean-Marc Fournier
Rémi Rouault

Université de Caen Basse-Normandie
Master 2 ART-ESO
Année universitaire 2012-2013

telecharg color NEW Dossier Renforcer le pouvoir d’agir des individus – 2013 – 60 pages

« (…) Le point de départ de ce travail était de produire un document écrit pouvant servir de support pour organiser une journée d’étude lors du mois de juin, le contenu du rapport servant alors d’introduction à la journée. La mobilisation des habitants pouvait être étudiée du point de vue du développement durable, de la santé, de l’emploi, de l’éducation et surtout de la politique de la ville. Les premières pistes de travail étaient de déterminer pourquoi les individus s’investissent dans un projet et par là, de comprendre quel était le déclic pour eux. Dès cette première rencontre, la priorité a été donnée aux actions ascendantes, « par le bas », qui donnent le pouvoir aux populations. La commande s’est ensuite affirmée autour du cas d’une certaine population que sont les sans-voix, les invisibles, les laissés de côté, c’est-à-dire des individus placés hors de tout processus d’expression et de décision. La forme de la journée a elle aussi évolué, le rapport servant de base informative et réflexive, sous la forme d’une capitalisation d’expériences. Il est également apparu que ce travail sera le point de départ d’une réflexion plus large qui pourra se poursuivre par le biais d’autres projets tuteurés. La dernière réunion, source de nombreuses discussions, a abouti à l’élaboration du plan permettant d’articuler la réflexion de ce rapport. Une distinction a également été faite entre les démarches visant à l’autonomisation des personnes et les mobilisations qui ont pour but d’interroger les politiques publiques.

La commande offrait la possibilité de s’intéresser à divers cas à travers le monde afin de comparer et d’analyser ce qu’il serait possible de reproduire en France. De même, l’analyse de démarches françaises permettra de connaître leurs points forts et leurs points faibles, afin de fournir des exemples pouvant par la suite être transposés localement.

Ce travail de recherche se basera donc sur une problématique articulant les notions de pouvoir d’agir ainsi que celle d’individus exclus. A la lumière du concept d’empowerment, il s’agira de comprendre les enjeux et les modalités de la mobilisation des sans-voix.

Dans un premier temps, il est essentiel d’établir un travail de définition autour de la notion d’empowerment, à travers l’étude des travaux publiés par des chercheurs français et étrangers. Cette base théorique servira ensuite de repère pour analyser les exemples présentés dans la deuxième partie. Ces exemples illustreront le fonctionnement des mobilisations, leur genèse, leurs éléments déclencheurs (individuels ou collectifs) et leur évolution au fil des années. Pour cela, deux exemples ont été privilégiés : l’expérience ECHO à Grenoble servant d’exemple collectif et l’association La Barque, pour un exemple individuel. Pour terminer, la troisième partie tentera de faire émerger des questionnements qui permettront de poser les jalons d’une réflexion sur la durée.

Ce rapport ne saurait avoir la prétention de constituer un « manifeste », mais il tend à offrir des pistes de réflexion sur le pouvoir d’agir des individus. (…) »

Commentaires

  • Aucun commentaire.

Poster votre commentaire