Les jeunes et les banlieues absents du grand débat

Les jeunes des quartiers populaires et les banlieue sont absent du débat national, le gouvernement tente de prendre des initiatives pour rassembler davantage.

C’est l’un des premiers constats des débuts du grand débat lancée par Emmanuel Macron pour tenter d’endiguer la crise des gilets jaunes : les jeunes et les habitants de banlieues ou de quartiers défavorisés ne passent pas la porte des mairies ou des salles des fêtes pour s’emparer de cette possibilité de dialogue.

« J’ai l’impression que la jeunesse c’est un angle mort du grand débat », a confirmé le Premier ministre Edouard Philippe lors de son interview sur France inter mercredi. « Ce serait terrible si un grand débat national ne prenait pas en compte ce que disent ceux qui ont entre 16 et 30 ans », a-t-il ajouté.

telecharg color NEWà lire sur l’Express

Commentaires

  • Aucun commentaire.

Poster votre commentaire